+33(0)9 62 54 19 93 francoise@cortextuel.com

La rubrique Parcours de traducteur inaugure 2019 par la rencontre avec Alexandra Le Deun d’Hispafra. Alexandra nous explique les raisons qui l’ont conduite à choisir la traduction. C’est au cours de ses années passées en Espagne au sein d’une multinationale industrielle qu’Alexandra a débuté en traduction et en interprétation. Les besoins des grandes organisations constituent un terrain d’apprentissage exceptionnel. Bien entendu, il y a l’utilisation des langues de travail au quotidien et aussi l’accumulation de connaissances techniques liées au secteur d’activité de l’entreprise.

Bonjour Alexandra,

Quel a été votre parcours professionnel ?

Au sein d’une multinationale espagnole

Traduction et interprétation

Traduction et interprétation au sein d’une multinationale en Espagne

J’ai vécu et travaillé en Espagne, dans la région de Madrid, pendant une dizaine d’années, jusqu’en 2011. En tant que collaboratrice du directeur général d’une multinationale espagnole dans le secteur industriel. Les tâches très variées qui m’étaient confiées ont rendu cette expérience professionnelle très intéressante et enrichissante.

Mes langues de travail étaient l’espagnol, le français, et l’anglais. La traduction et l’interprétariat faisaient partie de mon quotidien : traduction de nombreux documents, et interprétariat lors de réunions et visites de site.

Vers la reconversion

Mon choix de changement a été motivé par des raisons professionnelles et personnelles. Le contexte économique devenait difficile en Espagne. En outre je souhaitais revenir en France, plus précisément sur la côte basque.

Ma passion des langues et mon expérience en traduction et interprétariat me sont apparus comme une évidence lors de ma reconversion professionnelle !

Je suis ravie d’avoir fait de ma passion pour les langues mon métier !

Combien d’années avez-vous exercé ?

Salariée puis indépendante

J’exerce en tant qu’indépendante depuis 2011.

Traduction et interprétation

Traductrice indépendante depuis 2011

Comme mentionné dans le paragraphe précédent, j’ai également beaucoup pratiqué la traduction et l’interprétariat pendant une dizaine d’années. Avant de m’installer à mon compte, j’étais salariée d’une multinationale espagnole basée à Madrid.

Selon vous quels sont les trois qualités indispensables pour exercer le métier de traducteur ?

Il est difficile de n’en sélectionner que trois, mais je vais essayer !

Passion, patience et concentration

Traduction et interprétation

Patience et persévérance

  •  Passion des mots, de la langue, ou plutôt des langues !

 

  • Patience. Certaines traductions sont parfois longues, difficiles, voire même laborieuses ! Il faut donc savoir garder patience et persévérer jusqu’à trouver les bons mots, les bonnes formulations de phrases.

 

  •  Capacité de concentration. Pour les textes longs et/ou difficiles à traduire, et lorsque le délai de livraison est court, il faut pouvoir faire preuve d’une grande capacité de concentration des heures durant, afin de terminer la traduction à temps, sans stresser. Pas toujours évident !

 

Quels conseils donnez-vous aux jeunes traducteurs et aux personnes que notre métier séduit ?

Avec son expérience en tant que salariée puis le passage au statut de traductrice indépendante, Alexandra insiste sur l’aspect financier de l’exercice.

Bien dans sa tête et solide physiquement

Traduction et interprétation

Conditions de travail et gestion du temps

Bien réfléchir à ce que sera votre quotidien. Le traducteur passe la majeure partie du temps assis, les yeux rivés sur l’écran. Il est généralement seul. Ce métier demande beaucoup de concentration. Il faut donc avoir la capacité physique et mentale de rester des heures derrière un écran. Il ne faut pas avoir peur de la solitude, pour ceux qui exercent en indépendants !

Ne pas se lancer à la légère

Bien se renseigner sur le métier de traducteur. Il existe différentes façons d’exercer la traduction. Selon le type de traductions que l’on veut faire (littéraires, techniques, etc.), et la façon dont on veut travailler. Il existe plusieurs mode d’exercice :

  • seul en tant que travailleur indépendant,
  • salarié dans une agence de traduction ou dans une entreprise,
  • fonctionnaire au sein d’une institution (comme l’Union Européenne, l’ONU, etc.).
Traduction et interprétation

Bien préparer son installation

Se spécialiser

Se spécialiser afin de se démarquer.

Pour ceux qui souhaitent devenir traducteurs indépendants :

Alexandra insiste sur l’aspect financier. Le démarrage n’est pas instantané et l’activité est fluctuante.

Traduction et interprétation

Activité fluctuante, revenus irréguliers

En attendant les premières recettes

Avoir financièrement les reins solides pour démarrer. Il est difficile de vivre de la traduction tout de suite. Il faut du temps avant de se constituer une clientèle stable.

Des cours de langues, pour pallier l’irrégularité des revenus.

J’ai d’ailleurs diversifié l’activité au début, en donnant des cours d’espagnol et de français langue étrangère. Il y a eu une période où la formation représentait une partie importante de mes revenus. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je préfère me concentrer sur l’activité de traduction. Toutefois, j’ai tout de même gardé quelques cours, car j’aime la complémentarité de ces deux activités.

Pas à n’importe quel tarif

Ne pas « se brader ». Cela fait baisser les tarifs sur le marché. Cela ne rend service à personne, ni aux débutants ni aux plus aguerris ! Il importe de garder un cadre de conduite, de se fixer des limites à ne pas franchir, d’où l’importance de ne pas se lancer sans assurer ses arrières financièrement.

Traduction et interprétation

Recettes et tarifs

Être fourmi plutôt que cigale

Être organisé, notamment en termes de finances. La traduction peut être une activité assez irrégulière. Les périodes plus calmes entraînent des revenus plus faibles certains mois. Il faut être prévoyant et garder de la trésorerie pour faire face aux périodes de peu de travail.

Charge de travail fluctuante

Il est nécessaire d’apprendre à gérer les fluctuations de charge de travail. Certaines périodes peuvent être difficiles, fatigantes et stressantes. Beaucoup de travail, des heures passées derrière l’écran à s’abîmer les yeux, à avoir mal au dos ! Et s’ajoute le stress du délai à respecter.

À contrario, il y a parfois des périodes creuses. Au début je vivais mal ces baisses d’activité, ne sachant pas quand la prochaine commande allait arriver.

Au fil du temps, j’ai appris à apprécier ces périodes pour me reposer, ou faire de la prospection.

 

Pour retrouver Alexandra le Deun Site En outre, Alexandra m’a fait l’honneur de me demander de participer à son blog consacré aux portraits de traducteur, en mars 2016.
La traduction doit faire partie intégrante de la stratégie de communication, sinon les mauvais choix ont de graves répercussions. Pour en savoir plus sur les 5 scénarios catastrophe à éviter, e-book gratuit à commander
Traduction et interprétation

Traduction : cinq scénarios catastrophe à éviter

 

Pour ne rater aucune des publications il suffit de vous inscrire ici. Les interviews de l’année 2018 sont à lire sur le blog

 

Parcours de traducteur

Offert ! Traduction : les 5 scénarios catastrophe à éviter !

Renseignez vos prénom et email pour recevoir votre ebook.

 

Félicitations,, vous allez recevoir votre un email pour télécharger votre guide.