+33(0)9 62 54 19 93 francoise@cortextuel.com

Continuons de découvrir les métiers de la traduction à travers les parcours de confrères et consœurs.
Interprète et traductrice indépendante, l’interviewée de ce mois de mars est Véronique Litet. Elle nous explique son parcours et ses choix professionnels.

Les interviews précédentes sont à lire ou à relire ici.

Bonjour Véronique,

je suis ravie de vous retrouver. Nous nous étions rencontrées, en 2016 à Paris, lors des Ateliers stylistiques animés par Hédi Kaddour et organisés par la SFT .

Quel a été votre parcours professionnel ?

Traduction et interprétation sont des métiers passionnants.

De la traduction à l’interprétation

Hormis quelques jobs d’été, je n’ai connu pour ainsi dire que la traduction. J’ai étudié les langues étrangères appliquées (anglais et italien) puis la traduction et l’interprétation. J’ai rajouté l’espagnol en formation continue.

Du Royaume-Uni à la France

Mon DESS en poche, j’ai démarré ma carrière au Royaume-Uni où, pendant deux ans, j’ai occupé le poste de traductrice dans une société de traduction. Ensuite j’ai travaillé dans une grande entreprise mondiale industrielle pendant un an, toujours comme traductrice. Enfin de retour en France, j’ai décidé de me lancer à mon compte pour avoir plus de liberté et pratiquer davantage l’interprétation.

Mes choix de spécialisation, la conjugaison gagnante de mes compétences et de mes centres d’intérêt

Quant à mes domaines de spécialisation, au début de mon activité, j’étais spécialisée dans la communication financière et institutionnelle. Puis progressivement, je me suis tournée vers des secteurs où j’ai pu associer la traduction, l’interprétation, mes langues de travail et mes centres d’intérêt. Mon choix s’est donc porté sur le vin et la gastronomie, les arts et la culture ainsi que les relations internationales.

Depuis d’années exercez-vous ? Avez-vous constaté une évolution ?

Je suis à compte depuis 2007 donc oui, le métier a eu le temps d’évoluer ! Je m’efforce de suivre ces changements pour pouvoir m’adapter.

French Copywriter, que cache cet intitulé ?

S’agissant du domaine de la traduction pour le marketing et la communication par exemple, je vois de plus en plus passer des offres intitulées  French Copywriter  qui cachent en réalité des missions de traduction. Est-ce une évolution vers un profil de concepteur-rédacteur/traducteur ? Dès lors s’agit-il d’une méconnaissance du métier ? Pense-t-on qu’un « simple traducteur » traduira forcément un texte littéralement ? Mystère !

Selon moi, un traducteur peut tout à fait posséder ou développer des compétences rédactionnelles aussi bonnes qu’un concepteur-rédacteur, les langues en prime.

Retrouver les mots de la traduction

Évolution dans l’interprétation

Tout d’abord, en interprétation, je dirais que le recours à la simultanée s’est développé. Certaines missions que je pratiquais en liaison en début de carrière sont en simultanée avec bidule. En outre, l’anglais est largement utilisé (avec plus ou moins de bonheur). En fait, il devient presque incontournable d’avoir l’anglais dans sa combinaison linguistiques pour exercer comme interprète, uniquement.


Exemple de BIDULE. Système portable et sans fil d’aide à l’interprétation.

Selon vous quels sont les trois qualités indispensables pour exercer le métier de traducteur ?

Je ne vais pas être très originale !

Pour la traduction

  • maîtriser ses langues de travail ;
  • posséder de bonnes qualités rédactionnelles dans sa langue maternelle ;
  • avoir de solides connaissances de son ou ses domaines de spécialisation.

Pour l’interprétation

  • comme en traduction, maîtriser ses langues de travail ;
  • avoir une grande curiosité intellectuelle. En effet, les clients apprécieront vos connaissances spécialisées dans leur domaine ;
  • développer et cultiver sa vivacité d’esprit.

Fibre commerciale, un peu, beaucoup …

Toutefois une précision s’impose : en indépendant, ces qualités doivent s’accompagner de la fibre commerciale. Ceci est particulièrement vrai si le profil (langues, spécialisations, etc.) est courant ou si l’on vise un segment concurrentiel. Bien sûr il ne s’agit pas de se transformer en vendeur de tapis ; il faut trouver la meilleure manière de faire connaître ses prestations au(x) marché(s) que l’on aura ciblé(s).

Allergiques au marketing ou au réseautage, vous êtes prévenus ! 


interprète
Vendre ses prestations !

Quels conseils donnez-vous aux jeunes traducteurs et aux personnes en reconversion que notre métier séduit ?

De foncer, en gardant bien à l’esprit les qualités citées plus haut.

Traduction et interprétation sont des métiers passionnants où les journées se suivent mais ne se ressemblent pas, surtout en indépendant.

Cela fait 15 ans que je les exerce et je ne regrette pas mon choix !

Pour contacter Véronique Via son site Site   Via LinkedIn


La traduction doit faire partie intégrante de la stratégie de communication, sinon les mauvais choix ont de graves répercussions. Pour en savoir plus sur les 5 scénarios catastrophe à éviter, e-book gratuit à commander
interprète
Brochure à commander gratuitement pour savoir comment adopter la bonne démarche de traduction.

Traduction : cinq scénarios catastrophe à éviter

Pour lire toutes les publications de CORTEXTUEL translation-minded, il suffit de vous inscrire ici. Les interviews précédentes sont à lire sur le blog

Parcours de traducteur

Offert ! Traduction : les 5 scénarios catastrophe à éviter !

Renseignez vos prénom et email pour recevoir votre ebook.

 

Félicitations,, vous allez recevoir votre un email pour télécharger votre guide.