+33(0)9 62 54 19 93 francoise@cortextuel.com

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique Vu des USA, comment la Covid-19 a changé les habitudes alimentaires, composée d’articles traduits de l’américain.

Les derniers mois ont bouleversé nos routines parce que la Covid-19 a changé nos habitudes alimentaires. Beaucoup de personnes ont dû revoir leur rapport à l’alimentation, aux repas, aux courses. Je vous propose de découvrir comment des Américains ont vu leur quotidien chamboulé. Les témoignages ont été publiés en anglais dans la rubrique de circonstance Eating In de la revue électronique The Counter. Je remercie chaleureusement Jeffrey Kilgray d’avoir accepté ma proposition de publier la traduction de plusieurs contributions.

Le premier article nous emmène dans une réserve indienne dans le Minessota. Original en anglais

Cet article a été publié en anglais dans sa forme originale par The Counter, une plateforme d’informations à but non lucratif, dont le contenu est consacré à l’alimentation aux États-Unis. Les articles traitent autant de la façon de s’alimenter des Américains que du contenu de leur assiette. Découvrir The Counter.Traduction par Françoise L’HEVEDER.
Covid-19 retour à la tradition

Carte des 50 états des USA

Quand une pandémie provoque un retour aux traditions

Je vis dans une réserve indienne Ojibwé dans l’État du Minnesota aux États-Unis.

Récit écrit par Elizabeth s.Barrett et publié en anglais le 8 avril 2020

Comme les denrées alimentaires diminuent dans les commerces, nous revenons à nos traditions.

Covid-19 a changé leurs habitudes alimentaires

Ci-dessus, le grand-père de l’auteur, un membre de la Nation indienne de Red Lake (Minnesota), découpe un cerf et prépare du poisson fraîchement pêché.Photo d’Elizabeth s.Barrett

 

J’ai toujours vécu à Red Lake. C’est une réserve indienne Ojibwé nichée tout au nord du Minnesota. Depuis le début de la crise de la Covid-19, la vie a beaucoup changé par ici. L’obligation de rester chez soi et la distanciation sociale ont confiné de nombreuses familles chez elles, dont la mienne. D’ordinaire vivante et très soudée, aujourd’hui la communauté de Red Lake semble avoir été désertée.

Je vis dans une petite maison dans les bois avec un ami de la famille, ma mère célibataire, trois chats et trois chiens. Nous vivons à quelques pas de chez mes grands-parents et de l’un de mes cousins. Nous ne nous risquons pas à nous rendre visite, les rencontres se font par vidéo, mais parfois nous nous faisons des signes par la fenêtre. Il y a quelques jours mon grand-père a fait un gâteau à la banane et ma grand-mère l’a déposé à la porte de la maison.

Il y a des cas de Covid-19 confirmés à Bemidji (Minnesota) dans la ville la plus proche, à 45 minutes de voiture. J’ai entendu dire que là-bas les prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité montent en flèche. J’espère que nous n’aurons pas besoin d’y aller. Maman a une maladie respiratoire non diagnostiquée. Cet hiver elle a connu des exacerbations de la maladie qui ressemble à une bronchite. Mes grands-parents ont tous deux la soixantaine. Mon grand-père souffre d’hypertension et ma grand-mère a un asthme grave. La Covid-19 expose les personnes que j’aime le plus à un risque considérable.

Le retour aux traditions

La faim n’est pas un sujet d’inquiétude pour nous. Nos sources d’alimentation traditionnelles nous permettent de pallier les manques.

Jusqu’à présent nous évitons de nous déplacer, même pour aller au comptoir de Red Lake, qui est le seul commerce pour le ravitaillement.

Alors que notre stock alimentaire de produits de base commence à baisser, nous nous demandons à quoi ressemblera la vie d’après. Faudra-t-il risquer sa vie chaque fois qu’il faudra s’approvisionner ? Faudra-t-il sauter des repas ? Comment fera-t-on pour se protéger à la fois de la faim et de l’exposition au virus ?

Covid-19 a changé leurs habitudes alimentaires

Le grand-père d’Élisabeth Barrett pose avec deux bassines remplies de myrtilles fraîchement cueillies. Photo d’Elizabeth s.Barrett

 

 

Parmi mes lecteurs beaucoup savent que je suis passionnée par les habitudes alimentaires. J’aime découvrir de nouveaux goûts, des associations culinaires inédites, revisiter des recettes. Surtout, je m’intéresse à ce que disent de nous le contenu de notre assiette et la façon de partager (ou non) nos repas.

Pour les anglophones voici un aperçu de l’Art de vivre à la française ‘ French Food Habits and the Art de vivre à la française‘ (1st part) and  ‘French Food Habits and the Art de vivre à la française‘ (2nd part)

Françoise L'HEVEDER, traductrice

Je suis Françoise L’HEVEDER traductrice médicale, de santé et de nutrition. Curieuse par nature et passionnée par mon métier j’accompagne les PME-PMI dans leur stratégie de communication à destination du marché français. Parce qu’une bonne traduction fait oublier que c’est une traduction ! Vous avez besoin d’un conseil, c’est par ici

 

 

traducteur littéraire

Offert ! Traduction : les 5 scénarios catastrophe à éviter !

Renseignez vos prénom et email pour recevoir votre ebook

Félicitations,, vous allez recevoir votre un email pour télécharger votre guide.